Bienvenue sur le site du Logement Solidaire

"La solidarité des Vosgiens au service des jeunes en mobilité"

Vous hésitez à vous lancer dans l’hébergement temporaire d’un jeune, mais vous avez des interrogations…Vous trouverez peut-être ici la réponse à vos questions.
Sinon, contactez-nous !


Nous présentons la situation du jeune à la personne qui propose une chambre. Si la demande du jeune convient, notamment en termes de période et durée d’hébergement, nous organisons une première rencontre pour faire connaissance. Quelques jours après la rencontre, nous recontactons le jeune et l’accueillant qui nous dirons s’ils sont partant ou non. 


Si l’accueillant et l’étudiant souhaitent se lancer, nous rédigeons en accord avec l’accueillant une convention d’hébergement qui fixe les règles de la cohabitation (date de début et fin de l’hébergement, entretien ménager de la chambre et espaces partagés, montant de la participation financière ou services rendus…) et qu’ils devront signer, tout comme le CLLAJ.

Le jeune et l’accueillant doivent également signer la charte du logement solidaire. 

Vous pouvez consulter la convention d’hébergement et la charte sur la page « Notre action ». 

Ensuite, tout au long de la cohabitation, le CLLAJ proposera un accompagnement gratuit (rendez-vous au domicile, entretiens téléphoniques, selon votre disponibilité et vos souhaits) afin de vérifier que tout se passe bien des deux côtés.
 
Si nécessaire, le CLLAJ pourra rappeler certains points de la convention et de la charte.


Dans le cadre de son suivi gratuit, le CLLAJ propose une médiation en cas de besoin. Si la médiation n’améliore pas la situation ou si la convention n’est pas respectée, l’engagement pris pourra être rompu.

Dans tous les cas, l’accueillant reste maître de son logement, et décideur de qui y est hébergé.


Si vous n’avez pas besoin d’un coup de main à votre domicile, vous pouvez proposer l’hébergement contre une petite participation qui couvrira les charges supplémentaires occasionnées par la présence du jeune : eau, électricité, éventuellement chauffage…


Vous n’êtes pas obligé de laisser l’accès à l’intégralité du logement. En plus de la mise à disposition d’une chambre, le jeune a besoin d’avoir accès à une cuisine pour préparer ses repas ainsi qu’à une salle de bain et des WC.

L’accès aux autres parties communes est à convenir avec l’accueillant. 



Il n’y a aucune obligation à passer du temps ensemble. Si les deux personnes s’entendent très bien et qu’elles le souhaitent, elles pourront convenir ensemble de partager certains repas, ou autre.

Mais il n’y a aucune obligation concernant cela, tout dépend de l’envie et de l’emploi du temps de l’accueillant et l’hébergé. 


Si le jeune est accueilli uniquement en échange d’une présence amicale et bienveillante, alors la convention pourra déterminer certains soirs de la semaine où le jeune devra être présent.


Si vous souhaitez donner un coup de pouce à un jeune, mais que vous ne souhaitez pas que la chambre soit occupée en permanence, c’est possible ! 


De nombreux étudiants, notamment ceux qui ont la possibilité de rentrer chez eux lors des week-ends et des vacances scolaires, ont besoin d’un moyen d’hébergement proche de l’école uniquement du lundi au vendredi, et hors vacances scolaires. 

Il vous suffit de préciser vos souhaits lorsque vous déposez votre candidature : périodes où vous pouvez accueillir et périodes où la chambre n’est pas disponible, volonté d’accueillir sur de courtes périodes ou durant une année scolaire… Les besoins des étudiants sont variés.

De plus, dans le cadre du logement solidaire la chambre n’est pas louée à l’étudiant, elle est simplement prêtée contre participation. Donc l’étudiant ne pourra pas « s’installer » comme dans un logement qu’il aurait loué, avec bail.

L’étudiant n’est donc pas censé laisser des affaires lors de ses absences, sauf si cela ne gêne pas et que c’est convenu avec l’accueillant.